Mercredi 8 février 2012 3 08 /02 /Fév /2012 07:04

Si Microsoft dans ces vidéos prospectives nous assurait un futur tactile, CORNING, le géant américain du verre, nous assure lui que le futur sera à la fois tactile et transparent. Moi je persiste à dire qu'il sera tout simplement Coréen...

 

 

Admirez cette mise en scène délicieuse, d'une famille idéale, avec un frigo bien rempli et un cabriolet Allemand comme signe distinctif. Pour le reste, si c'est pour rester aussi mal habillé, ce n'était vraiment pas la peine...

Par eric Leguay - Publié dans : C'était le Futur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 6 février 2012 1 06 /02 /Fév /2012 09:03

 

 

Pauvre petite Chloé, ton papa pensait bien faire en diffusant toute l’intimité de ta petite enfance sur internet. Pourtant il t'aime ton papa, mais il est vaniteux comme tout les papas. Il voulait montrer au monde entier combien tu es belle à croquer, que tu es son portrait craché. Il ne t'a rien épargné, ni les costumes ridicules, ni les moments intimes, ni les rires, ni les grimaces. Il a tout montré de toi, il a tout dévoilé, rien caché tout exhibé. Pourtant ton papa est un adulte responsable qui a son permis de conduire et vote de temps à autre. Mais là il a dérapé, il a tout fait sans rien te demander sans jamais te respecter, juste par fierté de t'avoir enfanté.

 

BlogLouise.jpg

Aujourd'hui ton papa t'a grondé parce que par jeu tu as pris une photo de toi avec ta meilleure amie, à la vie à la mort. Lui qui avant t'aurait montré nu dans ton bain trouve choquant ce baisé innocent devant l'objectif. Tu ne le comprends pas, lui qui pendant 12 ans t'a mitraillé de son objectif, t'a filmé, t'a exposé, t'a divulgué, pour ta famille, tes amis, ses collègues, trouve choquant de te voir ainsi en ligne. Alors il crie ton papa, il crie après toi, après tes amies, après internet mais jamais après lui. Pour lui c'était normal tu es son enfant, sa créature, sa progéniture adorée, il avait tout les droits. Le droit de se servir de toi, le droit de te photographier en infirmière, en maillot, en danseuse, bougon le matin et pleurant à la mort de ton chien.

LogoEEavecBaseline.jpg

Toi tu ne voulais pas tout cela, tu n'avais pas le choix, ton papa ne t'a jamais demandé ton avis. Tu ne savais même pas que les voisins, t'avaient vue dès le premier jour, tes amis et tes ennemis savaient tout de toi juste pour flatter ton papa. Ce matin Chloé tu es partie, écœurée d'être à ce point si peu respectée, si peu comprise. Les enfants aussi ont le droit à leur intimité, les enfants doivent aussi être respectés. Ton jardin secret a été violé, les photos doivent être conservées pour la mémoire pas pour être diffusées. Plus grande tu décideras de ce que tu feras de ton image, c'est à toi qu'appartient ta vie. Ton papa pleure seul, il est assis et répète à l'infinie Chloé, pourquoi t´es partie...

Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Gueule
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 4 février 2012 6 04 /02 /Fév /2012 18:40

Insolite42

Nous sommes bien inspirés de prendre en permanence l'Allemagne en exemple, nous autre de France qui connaissons si mal ce pays. Combien de mes concitoyens choisissent de passer leurs vacances outre-rhin ? Combien sont-ils à faire leurs soldes au KaDeWe de Berlin ? Combien peuvent commander une bière dans la langue de Goethe ? Combien sont capables de citer un acteur ou un chanteur allemand ? Combien connaissent l'histoire et la culture Allemande sans tomber dans la caricature ? Ils ne sont pas nombreux alors que l'inverse saute immédiatement aux yeux.

WSIM87

Nous sommes moins peuplés, moins industrialisés, moins compétitifs et moins disciplinés, l'affaire est entendue. Est ce pour autant nécessaire de tomber dans l'excès inverse ? De s'autoflageller jusqu'à ratiboiser nos racines et escamoter nos talents cachés ? Nous sommes les premiers à souvent ne pas croire en nous, à ne pas soutenir nos talents et à cracher sur nos réussites, les allemands n'y sont pour rien. Nous sommes créatifs, imaginatifs, doués d'un sens inné de la symétrie et de l'élégance, nous sommes un peuple Rock&Roll prêt à tout changer en un été. Pendant des années, les gouvernements successifs n'ont pas assez soutenus la création d'entreprises, n'ont pas accompagnés l'évolution technologique ou alors timidement du bout des lèvres.

Kohl-Mitterand.jpg

"Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain" avait dit à la fin des années 70, Helmut Schmidt alors chancelier de RFA. Qu'avons nous fait de nos profits ? Des investissements ? Ou des délocalisations ? Des soutiens à l’économie ? à l'emploi ? Ou des placements ? C'est là que réside la question centrale de notre développement. L’Allemagne est une économie intégrée et spécialisée faite de soutiens multiples et solidaires. Solidarité des landers avec leurs entreprises, solidarité des banques, et des syndicats pour assurer à la fois le pouvoir d'achat et la compétitivité.

Sarkozy-Merkel.jpg

Nous sommes aux antipodes de cette équation. Nos banques sont frileuses, nos gouvernements dépassés et dans nos régions, il y règne l'esprit de clocher. Certes nous avons de très belles entreprises et des fleurons technologiques qui comme de trop bons élèves se sont endormis sur leur lauriers sans jamais se remettre en cause, préservés par les commandes de l'état. C'est la fable de la cigale et de la fourmi reprise à l'infinie qui dans un ultime combat contre le froid découvre qu'il neige en hiver et que le Brésil et l'Inde sont déjà là. L'Allemagne n'est pas la France et la France ne sera pas l'Allemagne.Si nous avions un modèle a trouver, peut être faudrait il mieux se tourner vers la Corée...

Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Gueule
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 2 février 2012 4 02 /02 /Fév /2012 09:43
OhMonBateau01.jpg
Oh mon bateau
Te es le plus beau des bateaux
Et tu me guides sur les flots
Vers ce qu'il y a de plus beau
Tu es le plus beau des bateaux
OhMonBateau02.jpg
Bravant toutes les tempêtes
Sifflant comme une alouette
Je vole (il vole)
Vers de fabuleux rivages
Où je serai bientôt roi
J'entends les rythmes sauvages
Les algues dansent autour de moi
(Hop la)
OhMonBateau03.jpg
Oh mon bateau
Tu es le plus beau des bateaux
Et tu me guides sur les flots
Vers ce qu'il y a de plus beau
Tu es le plus beau des bateaux
OhMonBateau04.jpg
Nu sous le ciel étoilé
Les voiles gonflées de bonheur
Les poissons chantent en coeur
Les crevettes (les crevettes)
Me crient olé, olé olé
OhMonBateau06.jpg
Oh mon bateau
Tu es le plus beau des bateaux
Et tu me guides sur les flots
Vers ce qu'il y a de plus beau
Tu es le plus beau des bateaux

Paroles: R.M.Katz & Fierry. Musique: A.W.Desplat

Attention Eric Morena n'est pas le frère de Nadine Morano

Par eric Leguay - Publié dans : Actualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 28 janvier 2012 6 28 /01 /Jan /2012 16:01

MegaPolitique.JPG

Pour rire ce week end en famille http://www.megapolitique.com/

Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Coeur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 janvier 2012 4 26 /01 /Jan /2012 10:13

Numerique05.jpg

Alors que le monde numérique rentre dans une phase de tourments intenses avec des soubresauts totalitaires, il est temps de penser le numérique. Nouveaux savoirs, nouvelles ignorances ? Les enjeux culturels de l’usage des écrans et des réseaux numériques. C'est ce thème riche et vaste qui fut abordé hier soir à l'espace Mendès-France lors d'une table-ronde, placée dans le cadre du premier cycle Lire, écrire, penser et conserver dans un monde numérique.

Numerique06.jpg

Le débat fut animé par Catherine Portevin de Philosophie magazine avec qui j'ai la chance d'officier également à Sorbonne IV dans le master « Conseil éditorial ». Présent également une figure incontournable de la diffusion numérique : Alain Giffard. Il est en effet directeur du groupement d’intérêt scientifique Culture & Médias numériques, il fut responsable de la conception de la bibliothèque numérique de la BnF et président de la Mission interministérielle pour l’accès public à l’Internet.

Numerique03.jpg

Si pendant les 10 premières années du web, la consultation et la diffusion du contenu numérique était conditionné à l'utilisation de l'ordinateur, machine subtile et peu fiable nécessitant un apprentissage aussi fréquent que ses mises à jours, l'apparition des liseuses et des tablettes a complètement bouleversé l'accès aux contenus numérisés. 435 000 tablettes vendues en 2010 (sources GFK), 1 million à Noël 2011 et certainement plus de 3 millions en 2012, sont entrain de faire disparaître lentement mais sûrement le bon vieux PC des familles gris et austère.

Numerique01.jpg

Placez une tablette entre les mains d'un enfant de 8 ans puis entre les mains de son papy, vous comprendrez immédiatement le succès de ce nouvel outil, intuitif, nomade, malin, léger, fiable et ludique. Tout y semble naturel et créatif, le savoir enfin accessible de manière fascinante. La tablette devient le compagnon de votre vie, votre savoir embarqué comme nous en avions rêvé, accessible, servile et inépuisable. La fascination pour cet outil, idéalisé au point d'en équiper les écoles après des années de « plan informatique pour tous », nous conduit à poser la question de l'accès au savoir, sa création, sa diffusion, ses interactions.

Numerique04.jpg

Deux tendances s'affrontent face à la déferlante de contenus numérisés accessibles partout et tout le temps. La première vision sombre et dramatique, d'un oracle californien ; Nicholas G. Carr, fit sensation avec son article : « Est ce que Google nous rend idiot ? » En effet à force d'avoir des outils qui permettent d'accéder à l'ensemble du savoir du monde, est il encore nécessaire d'apprendre ? Sans doute que ce temps consacré inutilement à apprendre sur les bancs d'un lycée ou d'une université serait mieux utilisé pour consommer et pourquoi pas du savoir. L'Amérique consumériste à l'excès nous a déjà habitué à exploiter au mieux notre temps de cerveau disponible.

Numerique02.jpg

La seconde vision, que je partage avec enthousiasme est celle de Michel Serres. Pour lui la nouvelle génération qu'il nomme affectueusement « génération Poucette » en référence à tout ce qu'elle peut faire avec les pouces (jouer, communiquer, créer etc) connaît actuellement la troisième grande révolution depuis l’avènement de l’Homme moderne. Une révolution façonnée par les nouvelles technologies.

 

 

« Nos sociétés occidentales ont déjà vécu deux grandes révolutions : le passage de l’oral à l’écrit, puis de l’écrit à l’imprimé. La troisième est le passage de l’imprimé aux nouvelles technologies, tout aussi majeure ». Cette génération va tout inventer et réinventer, comme une nouvelle forme de renaissance, que je constate au quotidien avec mes étudiants, les collégiens et les joueurs de jeux vidéos.
« Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ! .

 

http://www.livre-poitoucharentes.org


Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Coeur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 janvier 2012 2 24 /01 /Jan /2012 07:00

Anonymous_Wallpaper_by_ipott.png

« Le savoir est libre, nous sommes anonymes, nous sommes Légion, nous ne pardonnons pas, nous n'oublions pas »... disent ils en cœur, la moustache lissée, le visage caché d'un élégant masque de Vendetta. Ils sont invisibles et  invincibles, ils sont partout, ils sont libres et unis. Cette génération « Fight Club » sait plus que d'autres que l'union internationale fait la force, dans l'action, dans le combat, dans la lutte pour la survie numérique. Leurs actions sont remarquées et remarquables toujours orientées contre des sites ou institutions, ennemies des valeurs défendues par ce mouvement libertaire. Ils sont anonymes et populaires, nombreux et insaisissables, et se battent pour des valeurs et une vision libre et gratuite du Web. 

Anonymous02.png

Pour certains, c'est de l'anarchie pour d'autres de l'utopie, mais pour la jeune génération, c'est devenu un modèle de résistance et de démocratie. Comment ont-ils réussi en si peu de temps à déstabiliser et faire tremblez les institutions et les états ? Comment d'un mouvement de hackers en 2006 sommes nous arrivés à ce qu'une conscience collective se crée, toujours plus nombreuse, toujours plus vivace ? Si le Web est né d'un terreau fertile cultivé par les mouvements hippies des années 60, il s'est vite transformé en champ de bataille financier et en une jungle à réguler et contrôler. La première désillusion fut sans doute l'explosion de la bulle internet qui voyait la main mise du financier sur le numérique.

Anonymous03.jpg

Dans ces années là, les mots « Liberté, Gratuité, Partage » ne figurent pas au vocabulaire de Chine Lanzmann et de tant d'autres. Faire du fric, brûler du cash rapidement et facilement fut le leitmotiv des fondateurs avides de ces start-up. La désillusion chez les pionniers du web est totale. Surtout qu'ils seront les premiers à se retrouver sur le carreau avec des stock-options sans valeurs après l'explosion en plein vol de Lycos, eBazar, Spray et Newsfam. Ils deviendront Webmaster, community manager, Web documentaliste ou développeur. Leurs points communs : la solidarité, le partage de savoir, l'agilité, au service de leur passion : le web et la communauté. Ils seront embauchés dans les départements informatiques ou Web des grandes entreprises et institutions, découvrant le cynisme interne et la désinvolture devant leurs compétences.

Anonymous04.jpg

Si aujourd'hui, il est commun de dire que le Web est stratégique, et incontournable, ils sont encore très nombreux à rechigner y mettre les moyens. Les petites mains du Web sont souvent isolés dans de grandes structures, ou des micro entreprises. Un département Web d'une entreprise ne pourra jamais rivaliser avec un département marketing et communication, mieux doté et mieux considéré. Il faut faire avec les moyens du bord, avec des stagiaires et des logiciels libres pour continuer à répondre aux exigences toujours plus grandes des usagers. Le Web est encore trop perçu comme une affaire de Geek bidouilleurs peu coûteux et peu gourmands. Le mouvement des Anonymous leur offre une belle revanche. A la moindre attaque, au moindre débordement, ils font corps, et font reculer les plus grandes institutions.

Anonymous05.jpg

Ces révoltés numériques ont fait leur entrée médiatique par la grande porte lors de la fermeture du site d'échange MégaUpLoad. Après la proposition américaine de loi PIPA et SOPA, d'Hadopi en France, les débats sur les forums et sur Facebook laisse entrevoir d'autres ripostes et d'autres attaques ciblées. Les politiques tremblent devant cette masse incontrôlable et insaisissable et les entreprises commencent à regarder de plus près leur communication Web. Cette génération élevée au biberon de « Matrix » et de « Fight Club », sait s'agglomérer pour se défendre contre les rentes établies et les états policiers. Il faut désormais compter sur eux et avec eux pour préserver cette utopie des fondateurs du Web, Liberté, Gratuité, Partage...



Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Coeur
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 23 janvier 2012 1 23 /01 /Jan /2012 06:37

ForumChineFrancophonie.jpg

http://www.chinefrancophonie.com/t1353-eric-leguay-geek-chinois

 

Par eric Leguay - Publié dans : Actualité
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 22 janvier 2012 7 22 /01 /Jan /2012 12:00

geektionnerd_sopa-blackout_simon-gee-giraudot_cc-by-sa_m.jpg

Ce fut la semaine de tout les dangers, la semaine de la déclaration de guerre, la guerre des pixels, la guerre numérique. Le Web s'est imaginé et construit sur des idéaux de liberté, de gratuité et de partage, très loin des mécanismes de pensée d'Universal, d'Orange et de Lagardère. C'est cette guerre tellurique et fratricide qui vient de se déclarer. D'un coté, les industriels du contenus, de la musique et du cinéma, qui viennent de comprendre leur mortalité et de l'autre les usagers, citoyens, consommateurs acteurs du Web qui comprennent que la ficelle est un peu grosse. Entre les deux ; le politique, Ponce Pilate numérique, qui n'anticipe pas, ne prévoit pas, ne protège pas, ne tranche pas et prend des décisions au gré de la force de persuasion des Lobbyistes. 

SOPA.JPG

Techniquement tout peut se partager, s'échanger, légalement il y a le droit à la propriété intellectuelle. Aux états unis où le concept du Freeware est très populaire, cela a permis au Web de se déployer et d'apporter à tous des applicatifs ingénieux. Le développeur talentueux et débrouillard inventeur de ces petits applicatifs quotidiens n'est pas considéré comme un artiste et donc ne perçoit pas de droits d'auteurs. Ces développeurs  de l'ombre bridés pendant des années par la puissance écrasante de Microsoft, se sont rués sur l'OpenSource et le FreeWare, afin de se faire connaître et d'implanter leur talents dans nos machines. Ce modèle là a permis l’émergence de Linux, Firefox, OpenOffice etc. L'usager a vite compris son intérêt. Ce qui est libre sera donc gratuit.

ley-hadopi.png

Si ce modèle fonctionne avec l'informatique dont les développeurs sont en prise direct avec l'outil de diffusion, il n'en est pas de même avec les artistes dont les moyens de diffusion sont plus larges, plus complexes et passent par des filtres d'éditeurs. Les artistes subissent donc de plein fouet cette déperdition de contenus diffusés librement sur les réseaux. Mais qui se soucie des artistes ? pas Hadopi qui protège d'abord les éditeurs et pas non plus PIPA et SOPA qui protègent les majors du cinéma. Car le paradoxe est là, un artiste veut avant tout être connu et reconnu avant de finir en pâture sur VOICI et GALA. Ces lois ne le protège de rien du tout car si le téléchargement illégal baisse en volume, cela n'augmente pas leurs revenus par la vente de CD ou de DvD. Le mode de consommation a définitivement muté vers du dématérialisé, sans que ne soit prévu un nouveau modèle économique. Le politique ignare en numérique n'a rien pu anticiper n'ayant rien vu venir.

bataille_hadopi_119.jpg

Pourtant la création des internautes a explosé dans la même période sans que cette création ne soit reconnue légalement comme un travail d'auteur (sauf sur les blog qui ont un statut d'éditeur). La création musicale est exponentielle, comme la création dans l'animation, la vidéo, la photo, la BD et l'écrit dont Hadopi tout comme les éditeurs n'ont cure. La guerre est donc déclarée pour forcer les états à trouver un moyen de rémunérer les artistes sans pénaliser, ni fliquer les internautes. La licence globale était une piste intéressante, la taxation des FAI, est une bonne idée, l'ouverture à la vente à bas prix de contenus une proposition à suivre. Les USA comme la France ont d'abord commencé par fliquer sans succès, 10 Millions d'euros par ans de coût d'Hadopi pour un maigre butin sur quelques dizaines de procès à venir.  

 

03871546-photo-page-paiement-megaupload.jpg

Que celui qui n'a jamais téléchargé me jette la première pierre !!! sera ma conclusion de ce premier épisode guerrier. La bataille se poursuit mais je crains que la guerre ne soient perdue d'avance pour les éditeurs car si une plate forme meurt, une dizaine de nouvelles naissent immédiatement. Bientôt il faudra fliquer nos boites mails qui peuvent accueillir des fichiers de plus de 10Mo, et aussi nos clés USB qui pour 9 euros proposent 10 Gigas. Que dire de ces nouveaux artistes que le Web nous a permis de découvrir et qui ne passeront pas par la case Michel Drucker ? Nous sommes sur la faille, et sans aucune démagogie, il faudra pour s'en sortir accepter que le prix des contenus s'effondre mais que son mode de rémunération soit plus large et plus générique. A nous tous d'imaginer un autre modèle...



Par eric Leguay - Publié dans : Coup de Gueule
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 19 janvier 2012 4 19 /01 /Jan /2012 18:03

AppleEducation01.JPG

Bien que la date du jour ne soit pas un palindrome, Apple a annoncé au Musée Guggenheim de NewYork, le lancement de sa plate-forme e-book pour l'éducation. Apple a toujours été très présent dans le monde de l'éducation, depuis l'Apple II puis l'Apple IIGS en passant par ses solutions portables, l'entreprise de Cuppurtino a toujours misé gros sur ce marché. En premier lieu, il est évident qu'un enfant formé sur un système d'exploitation et sur du matériel fiable s'en souviendra, adulte, au moment de faire un choix. Ensuite en occident les enfants sont de plus en plus prescripteurs dans les achats de biens d'équipement. Les enfants font acheter la voiture, la console de jeu vidéo, la Tv stéréo 3D et bien évidement la tablette. Demandez à un enfant de 8 ans s'il ne rêve pas d'avoir une tablette un jour, bien avant un ordinateur.

iPadSchool.JPG

La tablette trouve tout naturellement sa place en classe comme une ardoise magique, plus accessible, intuitive et plus disponible qu'un PC vieillissant. La tablette sera certainement le nouveau cartable électronique que les oracles numériques nous prédisent depuis les années 80. Le « plan informatique pour tous » de Laurent Fabius en 1985 avait déjà en filigrane cette exigence, sans les moyens ni la technologie. Ce rêve se réalise, aujourd'hui, et de nombreux collèges s'équipent rapidement. Mais à quel prix, car ces tablettes sont chers, très chers, le double du prix d'un ordinateur. Pour une, fois la totalité des enseignements sont concernés par la numérisation du savoir. En lançant cette plate-forme, Apple prend encore une longueur d'avance en unifiant et simplifiant son offre.

AppleEducation02.JPG

L'équipement est une chose, mais l'objectif est aussi de proposer des ouvrages numériques réellement interactifs. Les éditeurs ont donc un gros travail de préparation, d'adaptation, de diffusion et d'enrichissement de leurs contenus pour être un véritable outil au service de l'apprentissage. Si le cartable des élèves va s'en trouver allégé, qu'en est il du portefeuille des parents contribuables ? Qui va financer l’achat de ces tablettes ? Qui va financer la création numérique ? Qui va financer le transfert de contenus livresques en ouvrages numériques interactifs et intelligents ? S'il s'agit de générer un pdf tactile, cela est sans aucun intérêt, ni pour les enseignants ni pour les enfants. Ce que nous avons mis trop de temps à réaliser sur les encyclopédies, les bases de données, ne le ratons pas pour l'enseignement de nos enfants.

Par eric Leguay - Publié dans : C'était le Futur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Avril 2012
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
<< < > >>

Mes vies numériques

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés